Call the midwife : la série des jours de pluie

22 mai 2017

insert_comment0

Call the midwife est une série qui a déjà 5 saisons complètes, autant dire que j'ai mis un peu de temps à me réveiller. Mais je tenais à en parler, parce que je l'ai découverte très récemment, et que c'est un petit coup de coeur.

De quoi ça parle, Call the midwife ?

Call the midwife

Call the midwife, saison 1

La série se passe en Angleterre, dans les années 50. On suit le quotidien de Jenny, une sage-femme qui prend son poste dans un quartier de l'East End de Londres. Un quartier pauvre, très pauvre. Elle vit dans un couvent, avec d'autres sages-femmes, et des nonnes. Avec un résumé pareil, et des images plutôt ternes et peu engageantes croisées sur internet, je n'avais jamais été tentée par cette série. 

Mais après plusieurs mois d'arrêt maladie, puis de congé maternité, j'avoue que je suis arrivée à court de séries qui me faisaient envie. J'ai donc fait confiance à tous les avis positifs que j'avais lus sur Call the Midwife, et j'ai lancé le premier épisode sur Netflix.

Au fil des épisodes, nous suivons donc la vie des sages-femmes et des sœurs du couvent. On découvre avec elles les aléas du métier de sage-femme, on partage la joie d'une naissance sans complication mais aussi l'horreur quand un drame se produit. 

D'ailleurs, je suis personnellement bien contente de ne pas avoir regardé cette série quand j'étais enceinte ! Ok, de nos jours, il y a quand même moins de risques que dans les années 50, mais j'aurais eu -je pense- du mal à prendre du recul face à certaines images.

Quelques critiques

Il y a quelques éléments qui ont tendance à m'agacer un peu dans la série, mais c'est le jeu, tout ne peut pas être parfaitement réaliste. 

Dans l'ensemble, les épisodes ont tendance à bien se finir : l'accouchement se termine bien, les problèmes personnels des sages-femmes sont résolus grâce à l'amitié/l'amour/le travail personnel... Même quand il y a un drame, le sentiment à la fin est généralement teinté de "tout va pour le mieux". C'est très tranché en fait, il n'y a pas vraiment d'épisode en demi-teinte, soit c'est très très grave, et donc très très triste (mais c'est rare), soit c'est moyen-grave ou carrément joyeux, et tout va bien.

Autre point : les accouchements. Je rappelle qu'on est dans les années 50, donc niveau soulagement de la douleur, il y a à peu près... Que dalle. Enfin que dalle, à part l'accompagnement des sages-femmes, qui restent avec leur patiente d'un bout à l'autre (ça fait rêver...).

Et donc avec ce soulagement de la douleur inexistant, et les conditions généralement peu propices à la détente, les femmes accouchent en serrant les dents (parfois en criant un peu), pif paf, 3 respirations, 2 poussées, et "oooh félicitations !". Bon. Crédibilité bof quoi. Surtout qu'elles accouchent en position gynéco pour la plupart. 

Du coup, on regarde ou pas ?

Oui ! Ne vous attendez pas à une série trépidante, avec un suspens incroyable et des cliffhangers de folie, mais oui, regardez cette série. Comme je le dis dans le titre, c'est la série parfaite pour les jours de pluie : on prend un plaid tout doux, une tasse de bon thé bien chaud, des petits gâteaux (ou carrément une palette de cookies, à vous de voir), et on regarde quelques épisodes pour se détendre.

Call the midwife

On s'attache très vite aux personnages je trouve, parce qu'ils font réels. Ce ne sont pas des personnages, parfaits, bien propres, bien lisses, sans défaut. Il y a des erreurs, des approximations, des défauts, et tout cela contribue à bâtir une ambiance...  Je n'irais pas jusqu'à dire authentique, mais pas loin !

Commentaires

Soyez le premier à commenter.