Le portage : comment débuter sans stresser (1/2)

7 juin 2017

insert_comment1

Aujourd'hui, on s'attaque à un gros morceau ! Je vous en parlais au mois de mai avec le Wacotto, chez nous, zéro poussette, c'est portage ou rien ! Mais pourquoi ? Et puis, c'est pas trop fatigant ? Et on choisit quoi comme solution de portage ? Accrochez vos ceintures, et préparez-vous pour une plongée dans le monde merveilleux du portage !

Je porte, tu portes... Mais pourquoi ?

Même si le portage commence à vraiment se démocratiser, en France on reste quand même très attachés à la poussette. Alors pourquoi faire le choix d'une autre méthode ? 

Ici, on a cherché les avantages et les inconvénients des deux, par rapport à notre vie quotidienne :

  • Le portage :
    + C'est pratique dans le bus/tram
    + C'est pratique pour monter nos 4 étages (sans ascenseur) (allez quoi, compatissez)
    + C'est rassurant pour la maman-flippée que j'étais au début ("Elle respire toujours ? Elle a pas trop chaud/froid ?")
    + On a les mains libres (pour porter un sac de courses, valider sa carte de bus, se moucher...)
    - Les écharpes et portes-bébés sont assez chers
    - "Ohlala, ça a l'air compliqué tous ces nœuds !"
  • La poussette :
    - C'est cher
    - C'est lourd
    - C'est encombrant (dans les transports, mais aussi dans la voiture et dans l'appartement)
    - 4 étages à monter avec
    + D'autres gens peuvent promener #MiniChat (mais est-ce vraiment un avantage ?)
    + On peut la laisser dormir dedans à la fin de la balade (sauf qu'il faut monter les 4 étages)

Bon du coup, vous vous en doutez, la poussette chez nous, c'est même pas la peine.

Du coup, forcément, j'ai épluché internet pour tout savoir sur le portage. Ce qui est physiologique, ce qui ne l'est pas, ce qui vaut son prix, ce qui n'est pas indispensable...


Et j'ai découvert qu'en plus des avantages cités plus haut, le portage en a beaucoup d'autres ! Il favorise l'attachement du bébé au parent qui le porte, il permet de faire du peau à peau sans avoir les bras "bloqués", il permet d'apaiser un bébé agité (en favorisant sa digestion, notamment, le bébé étant en position verticale et profitant d'une bouillotte humaine grâce au porteur)... Vous pourrez retrouver une liste complète sur le site Portersonenfant.

Porter en toute sécurité

Le portage ne s'improvise pas. Il ne suffit pas de prendre un drap, de s'entortiller dedans avec le bébé, et d'ouvrir les bras en criant "TADAAA" pour que ça fonctionne. 

Pour éviter à la fois les petites déconvenues, et les gros drames, choisissez toujours un matériel homologué. Il y a également des règles à respecter, qu'on choisisse de porter en écharpe ou dans un porte-bébé. 

Les règles de sécurité incontournables

  • Le contrôle des voies respiratoires. Avoir les mains libres ne signifie pas oublier son bébé : vérifiez régulièrement qu'il est dans une position qui laisse ses voies respiratoires bien dégagées. Il ne faut pas que son menton soit penché vers sa poitrine, ni que son visage ne soit recouvert par du tissu.
  • Le choix d'un matériel adapté. En fonction de l'âge et du poids de votre enfant, choisissez la solution qui convient. J'y reviendrai dans les articles suivants, mais sachez déjà que la plupart des portes-bébés pré-formés ne sont pas adaptés pour les nouveaux-nés.
  • Le bon sens. Pas de portage quand on conduit une voiture, ou un vélo, et pas de course à pieds ou autre activité sportive (les rebonds sont dangereux pour le bébé). En gros, toutes les activités déconseillées pendant une grossesse le sont également lorsqu'on porte un bébé en écharpe ou porte-bébé. 
  • La protection de base. S'il y a une grand soleil : chapeau, lunettes de soleil, et surtout crème solaire sur les petits morceaux de bébé qui dépassent. S'il pleut, une capuche, s'il y a du vent, un bonnet. L'idéal, l'hiver, ce sont les vestes de portage ou les couvertures de portage.
  • La vérification du matériel. Indispensable, et à faire régulièrement. Sur un porte-bébé, on vérifie que les clips clipsent toujours, que les lanières ne sont pas décousues, que tout est bien fixé. Sur une écharpe, on vérifie l'usure et la tension du tissu.

Maintenant qu'on a fait ce premier bilan, on va pouvoir s'attaquer au nœud du problème (pun intended) (je me trouve hilarante), et découvrir les différentes méthodes de portages, avec leurs avantages et leurs inconvénients.

Ça va être une longue aventure, parce qu'il y a beaucoup de choses à dire, je vous donne donc rendez-vous la semaine prochaine pour tout savoir sur les différentes écharpes !

Vous pouvez trouver la deuxième partie ici !

Commentaires


Erkhaly :

Au "nœud du problème" hahaha <3